Les concepts des maisons passives


Maîtrisons les concepts pour maîtriser le confort


LesRégalys, un exemple de maison passive - © J-M Pupille - Architecte


Comportement estival et en climat chaud

CapDeLaVigne - Exemple de projet de maison passive - © J-M Pupille - Architecte
Certains prétendent que les maisons passives seraient inutiles dans le sud de la France, et plus généralement en climat chaud… C'est bien mal connaître le concept. Il suffit de comprendre quelques principes thermiques pour se rendre compte que la critique n'est pas justifiée.

Dans certains climats chauds, la climatisation est aussi indispensable que le chauffage l'est en région froide. Les critères des maisons passives qui concernent la climatisation sont les mêmes que ceux qui concernent le chauffage. Cette remarque à elle seule justifie de l'utilité du concept dans les deux cas et non pas uniquement en hiver dans les régions froides.

Construire passif, c'est avant tout isoler sans pont thermique pour éviter que la chaleur se perde trop vite en hiver. Fort heureusement ce manteau isolant ne fonctionne pas à sens unique. L'isolation protège aussi en été, tout comme les les fenêtres triple vitrage. Les deux évitent que la chaleur extérieure ne pénètre trop vite dans le bâtiment et améliorent le confort d'été.

Dans toute construction, l'usage des locaux conduit fatalement à une production permanente de chaleur interne. Cette source de chaleur inévitable participe au chauffage en hiver, mais malheureusement aussi en été, période pendant laquelle elle va à l'encontre du confort recherché. L'isolation et les menuiseries passives limitent ce problème en bloquant la fraîcheur à l'intérieur comme elles le font pour la chaleur. Le rafraîchissement peut être produit par un système de climatisation thermodynamique ou, bien mieux et avec un minimum d'énergie, par un puits provençal hydraulique associé a la VMC doube flux et à l'inertie thermique du bâtiment.

En résumé :

Une maison passive est tout aussi efficace en été qu'en hiver
à condition d'utiliser les équipements adaptés



Réalité et idées reçues
Parmi ces idées reçues qui concernent les maisons passives figurent bien sûr celles qui concernent le confort d'été. Par exemple :
• Comment ne ferait-il pas chaud dans une maison tellement étanche qu'elle ne peut pas respirer?
• Comment la chaleur fatalement produite en occupant une maison passive ne provoquerait pas une surchauffe en été alors qu'elle ne peut pas sortir par les parois très isolées?
En hiver, la température extérieure est pratiquement toujours en dessous des températures de confort. Les pertes de chaleur vers l’extérieur sont permanentes, souvent plus importantes la nuit que le jour parce qu’il fait généralement plus froid, mais avec des écarts quotidiens relativement faibles de l’ordre de quelques degrés Celsius seulement. Pendant cette période, il faut réduire les perditions pour limiter l’usage de systèmes de chauffage coûteux en énergie et polluants…

En été, le problème est différent parce que les écarts de température entre la nuit et le jour peuvent être considérables, notamment dans le sud de la France. Si la nuit, les températures peuvent être proches des situations de confort, dans la journée, il en est tout autrement…


En période estivale, l'augmentation des températures des façades est essentiellement le fait de l'évolution de la course du soleil au fil de la journée. La baisse de température extérieure résulte de son mouvement jusqu'à sa disparition totale la nuit. Les écarts de température de surface peuvent dépasser 40°C chaque jour. Soit nettement plus qu'en hiver.…

La température intérieure, quant à elle, monte généralement de quelques degrés dans la journée puis baisse la nuit notamment en présence d'une ventilation naturelle ou forcée. L'augmentation de la température journalière est limitée dans les bâtiments à forte inertie par absorption, ceux qui comportent des parois lourdes capables d'absorber les pics de température…


Dès l’école primaire, et pendant pratiquement toute votre scolarité, on vous a appris, comme à moi d’ailleurs, que le soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest. On vous a également expliqué que le soleil est à la verticale à midi en été. Certaines décisions ont peut-être été prises en fonction de ce savoir parfaitement établi et qui, pourtant, est parfaitement… faux. Si vous appliquez ce que vous considérez être un acquis à une maison passive ou une maison bioclimatique, les conséquences de la méconnaissance de la vraie course du soleil pourront être, par exemple, un manque d'apports solaires en hiver, ou encore des risques de surchauffe en été, notamment en période de canicule


Lorsqu’on parle d’isolation, la logique immédiate fait penser à l’hiver. Les isolants ne fonctionnent pourtant pas à sens unique et uniquement en saison froide. Ils ne freinent pas seulement les flux de chaleur de manière unidirectionnelle, de l’intérieur vers l’extérieur, lorsqu’il faut chauffer ou au minimum maintenir la température intérieure déjà existante. Ils fonctionnent aussi en été, notamment lorsque la chaleur du soleil frappe longtemps les parois exposées à l’est le matin, au sud dans la journée et à l’ouest le soir. Dans cette situation, les isolants freinent aussi l’énergie gratuite et non polluante, mais non sollicitée du soleil…


Au-delà de la limite des besoins énergétiques en hiver comme en été, le confort en toute saison est un élément déterminant des maisons passives. Réduire les apports solaires au bon moment, limiter l'amplitude des augmentations de la température de l'air grâce à l'inertie thermique, notamment l'inertie par absorption, ou encore éviter les courants d'air froid ou chaud grâce à l'étanchéité à l'air et à la VMC double flux sont des actions certes déterminantes, mais insuffisantes. Notre confort dépend en effet aussi des différences de température entre les parois de tous les locaux que nous occupons. Les menuiseries passives limitent la différence de température entre l'air intérieur et les vitrages ainsi qu'entre les parois vitrées et celle qui ne le sont pas. Elles améliorent donc notre confort grâce à une température ressentie bien plus stable et plus homogène…


Une VMC double flux performante n'est pas seulement utile en hiver. Elle fonctionne aussi très bien en été. Certes, elle ne rafraîchit pas puisque l'air neuf sera toujours plus chaud que l'air intérieur, mais en limitant fortement la quantité de chaleur amenée par la ventilation, elle réduira d'autant le risque de surchauffe.…


Basée sur le même principe que le puits canadien, mais avec un objectif inverse, l'idée principale d'un puits provençal est de rafraîchir l'air neuf qui pénètre dans une construction en été en le faisant transiter dans le sol…


Jean-Michel Pupille - Architecte D.P.L.G.




Les concepts des équipements

Fenêtre passive triple vitrage

VMC double flux

Puits provençal hydraulique

Chauffe eau solaire individuel - CESI

Récupérateur de chaleur sur l'eau des douches