17-6 - Comment baisser le prix d'une maison passive? (V2018)

Le sommaire des concepts des maisons passives

Les maisons passives coutent plus cher que les maisons RT2012


Les maisons passives sont performantes grâce à la qualité de leur enveloppe et à leur VMC double flux. Les maisons RT2012 le sont 4 fois moins et leurs performances sont essentiellement dues à leur système de chauffage. Augmenter les performances de l'enveloppe revient à court terme plus cher qu'améliorer le système de chauffage. À long terme, les maisons passives sont par contre moins chères que les maisons à la norme française actuelle, car elles consomment moins d'énergie et que leur enveloppe ne nécessite ni entretien supplémentaire ni remplacement contrairement aux systèmes de chauffage.

Des actions possibles pour baisser le prix de construction


Le coût de construction d'une maison passive est donc plus élevé. De nombreuses solutions peuvent toutefois être mises en œuvre en parallèle pour baisser non seulement le prix des travaux, mais aussi le budget global afin de s’approcher de celui des maisons RT2012 :
  • Choisir un terrain déjà viabilisé et pas très grand, mais surtout bien orienté
  • Éviter les chemins d'accès privés très long qui coûtent inutilement cher à l'achat et en travaux de voirie comme de réseaux
  • Éliminer les terrains en forte pente qui nécessitent d'importants terrassements ainsi que des soubassements très hauts voir même des sous-sols sous la totalité de la construction et ne permettent généralement pas le respect des normes PMR (Personnes à Mobilité Réduite)
  • Déporter les locaux annexes en dehors de la zone chauffée comme le garage ou un atelier
  • Orienter le bâtiment face au sud pour bénéficier de la chaleur des apports solaires en hiver et limiter simultanément les prestations thermiques par ailleurs
  • Prévoir des pare-soleil au sud qui laissent passer la chaleur en hiver, mais s'en protègent en été
  • Prévoir des plantations capables d'ombrager le bâtiment dans toutes les directions sauf le sud pour éviter le recours à la climatisation en été
  • Agrandir les baies vitrées au sud plutôt que d'augmenter leur nombre et utiliser des châssis fixes plutôt que des ouvrants quand c'est possible
  • Éviter les ouvertures à l'est et à l'ouest pour éviter les risques de surchauffe en été
  • Simplifier l'architecture
  • Améliorer la compacité du projet
  • Optimiser la conception grâce aux calculs thermiques
  • Se contenter du respect du critère de chauffage le moins contraignant en fonction du climat, le besoin spécifique ou la puissance maximale de chauffage
  • Améliorer l'étanchéité à l'air en s'assurant simplement de la qualité de la conception et de la réalisation des travaux
  • Placer tous les appareils qui produisent de la chaleur dans la construction sauf s'ils en produisent trop en été
  • Augmenter l'épaisseur des isolants les moins chers en priorité, souvent le sol et le toit
  • Utiliser des systèmes multifonctions plutôt que plusieurs équipements à l'exemple d'un pare-soleil qui peut, de plus, servir d'abri à la terrasse, de support d’un kit photovoltaïque ou encore de passerelle, d'un monosplit ou d'une batterie hydraulique qui peuvent tous deux chauffer en hiver et rafraîchir en été…
  • Diminuer le nombre de pièces en regroupant les fonctions comme un WC et une salle de douche à l'étage, ou un local technique avec la buanderie
  • Changer d'équipements ou supprimer ceux dont l'utilité n'est pas avérée à l'image d'une douche qui peut facilement se substituer à une baignoire ou la suppression d'un bidet dont l'usage tend à disparaître.
  • Utiliser un procédé de construction moins onéreux
  • Utiliser des matériaux de construction moins chers sans perdre en performance
  • Utiliser des matériels performants, mais moins chers du fait de leurs matériaux ou de leur look, mais sans sacrifier la qualité de fabrication
  • Différer la réalisation de certains travaux, comme les locaux annexes, la terrasse ou la piscine par exemple
  • Prévoir une construction évolutive
  • Réduire la surface habitable à condition que la réduction soit importante sans quoi elle serait pratiquement sans effet.
  • Réaliser des travaux en autoconstruction…

L'industrialisation de constructions dotées de nombreuses options serait une solution


Une autre solution pour maîtriser le prix d’une maison passive, pourrait consister à industrialiser un processus de construction évolutive, adaptable à chaque climat et fortement personnalisable dans son apparence à l’image du mode de fabrication de nos véhicules. Cette solution passerait nécessairement par la création de modèles de base à destination de tout architecte ou constructeur, donc transportables et utilisables partout en France ou ailleurs, dans les climats les plus froids comme les plus chauds. La mise en œuvre d'une maison à ossature bois, sur plan préalablement défini, mais légèrement modifiable, éventuellement en kit pour faciliter l'autoconstruction totale ou partielle, est pratiquement la seule solution qui puisse satisfaire à toutes ces conditions.

En conclusion


Les actions de cette liste non exhaustive peuvent, bien sûr, se cumuler en tout ou partie pour, au final, baisser un peu ou vraiment faire fondre le montant de l'investissement initial. Rien n'empêche de faire évoluer la construction plus tard, quand les moyens financiers le permettront.

Lire la suite…

Jean-Michel Pupille - Architecte D.P.L.G.


En résumé :

  • Il existe de nombreuses solutions qui permettent de baisser le coût de l'investissement initial sans hypothéquer les perspectives d'évolution
  • Industrialiser la construction de maisons passives est un moyen de baisser leur prix de construction

Article précédent sur le sujet - Article suivant sur le sujet

 

Sur le même sujet
Thème 17 - Les prix de construction