Le blog des maisons passives


Une maison passive en plus, c'est un peu de pollution en moins

Exemple de maison passive - © J-M Pupille - Architecte



Exemple de maison passive - © J-M Pupille - Architecte
Pour résumer, une maison passive est une construction si performante qu'il est possible d'y vivre en situation de confort en hiver sans qu'il soit nécessaire de la chauffer de manière traditionnelle. Cette description inhabituelle d'un bâtiment, surprenante pour certains, pose de nombreuses questions. Comment est-ce possible? Quels matériaux et quels équipements utiliser? Est-ce plus cher qu'une construction habituelle? Existe-t-il des aides? Peut-on réaliser une maison passive en autoconstruction? Mais au fait, pourquoi construire passif et est-ce vraiment utile quel que soit le climat?


 Exemple de plan de maison passive - © J-M Pupille - Architecte
Concevez les premières esquisses d'un plan de maison. Améliorez les performances de chaque élément qui la compose et influe sur sa qualité thermique afin de limiter les besoins de chauffage. Pour commencer et afin d'atteindre l'objectif tout en limitant le prix de construction, améliorez en priorité sa compacité et, quelle que soit l'orientation de la rue, orientez la façade la plus vitrée vers le sud. Augmentez les épaisseurs et la qualité des isolations de sol, de mur et de toit. Supprimez les ponts thermiques. Sélectionnez ensuite des fenêtres triple vitrage parfaitement étanches à l’air et prévoyez de les poser correctement. Changez enfin la VMC simple flux classique par une VMC double flux performante qui ventile toutes les pièces en permanence sans laisser rentrer d'air froid en hiver et chaud en été.

À partir d’un niveau d’amélioration suffisant, vous allez constater, par les calculs thermiques, que l’air neuf peut apporter, en association avec les apports solaires et internes gratuits, l’énergie manquante nécessaire pour maintenir une situation de confort permanent en hiver. Les canalisations de la VMC double flux ont alors un deuxième rôle qui consiste, lorsqu’il fait plus froid que la normale, à permettre le chauffage par l’air neuf grâce, par exemple, à une batterie hydraulique. C’est à ce stade que se situe le concept de maison passive dans lequel l’air chauffé qui circule grâce au réseau aéraulique de la VMC élimine le besoin de recourir à un réseau spécifique de chauffage.

Contrairement à une idée très répandue, ce type de construction d'avenir n'est donc pas une maison sans chauffage puisque ce rôle est dévolu à la VMC double flux. C'est par contre une construction sans réseau de chauffage classique. Les économies réalisées du fait de l'absence d'un tel équipement permettent de payer une partie de ceux que le concept impose de fait…

Au-delà du concept du chauffage, le réseau de la VMC et la batterie hydraulique peuvent être également mis à contribution pour rafraîchir une construction en été en association avec le réseau d'un puits provençal et l'ombrage contrôlé de pare-soleil par exemple.


Au-delà de la qualité de son manteau bioclimatique isolant, un bâtiment ne peut pas être passif si ses équipements ne le permettent pas. Des menuiseries trop opaques à l'énergie solaire ou non étanches à l'air, une VMC double flux à l'efficacité douteuse, une production d'eau chaude trop énergivore, l'absence de récupération d'énergie ou, pire, le cumul de toute ou partie de ces défauts, ou bien d'autre encore, est rédhibitoire. Certes, le cumul des meilleurs produits ne donne pas nécessairement un bon résultat, mais chacun y contribue en général. Certes, comme le concept est global, le défaut de performance de l'un d'entre eux peut être généralement compensé par la qualité d'un autre. Dans tous les cas cependant, le niveau de performance à atteindre est tellement élevé qu'il existe des limites spécifiques minimales en deçà desquelles les performances d'un produit ne peuvent pas descendre sans courir le risque de ne pas atteindre le niveau global souhaité. À partir d'un certain niveau, les défauts ne peuvent en effet plus être compensés. Le concept des maisons passives est donc étroitement lié à ceux des équipements finalement retenus et à la qualité réelle des caractéristiques annoncées. Les caractéristiques doivent être confirmées par un tiers indépendant de confiance. Les limites à ne pas dépasser doivent être déterminées par les calculs thermiques, projet par projet, en fonction de l'environnement et du climat local.

Fenêtre passive triple vitrage

VMC double flux

Puits provençal hydraulique

Chauffe eau solaire individuel - CESI

Récupérateur de chaleur sur l'eau des douches



LesSaules - Exemple de projet de maison passive - © J-M Pupille - Architecte
En dehors du respect du budget d'un projet, le choix des matériaux de l'enveloppe d'un bâtiment n'a pas d'autre limite que celle imposée par les calculs thermiques afin de vérifier que tous les critères des maisons passives sont bien respectés. Afin de limiter le prix de construction, l'optimisation de chacune de ses caractéristiques, notamment sa qualité bioclimatique, sa compacité, les épaisseurs d'isolant ou encore le choix des équipements adaptés, doit être la seule règle. En conséquence :

Utilisez les matériaux que vous voulez!

Aux deux extrêmes de la qualité écologique des matériaux, le bois et le béton, tout est utilisable à condition que la qualité d'isolation du manteau de la construction soit efficace en hiver et que l'inertie thermique interne soit suffisante en été pour assurer le confort avec la seule quantité d'énergie déterminée par les calculs.

L'énergie grise, celle nécessaire à la fabrication des matériaux, doit bien sûr être prise en compte, mais uniquement après s'être assuré que le bâtiment est bien passif. Quand ce n'est pas le cas, l'énergie nécessaire au fonctionnement et à entretien d'un bâtiment pendant toute la durée de vie peut, en effet, être largement supérieure à celle qui est nécessaire à sa construction.

Un bâtiment réellement écologique doit être passif et utiliser des matériaux ne nécessitant que peu d'énergie lors de sa fabrication et de sa mise en œuvre. Ses matériaux de construction doivent également pouvoir être réutilisés ou recyclés, avec, bien sûr, le minimum d'énergie et de pollution, en fin de vie du bâtiment.


Exemple de maison passive simple  - © J-M Pupille - Architecte
Exemple de maison passive d
Quel peut être le prix de construction d'un bâtiment aussi performant sur le plan thermique? Peut-on se baser sur le prix au m2 d'une construction de ce type et utiliser ce ratio afin de déterminer le coût de son propre projet en fonction de sa surface? Est-il au moins possible d'avoir une fourchette de prix garantissant le respect du budget?…


Le guide des aides financières
L'aide la plus intéressante n'est pas celle qu'on vous octroie, mais celle qui résulte de votre action pour baisser la consommation de votre construction. De plus, par votre action, vous aidez simultanément les autres sans en être nécessairement conscient. Vous ne les aidez pas sur le plan financier bien sûr, mais vous les aidez sur le plan de la santé en participant à la réduction de la pollution sans frontière que vous provoquez vous-même.

Malgré ce constat, les aides financières de toute nature sont les bienvenues pour faciliter et même parfois rendre possible ce qui ne le serait pas sans elles. Ces informations, qui peuvent évoluer plusieurs fois par an, sont maintenues à jour dans la rubrique « Infos pratiques » de ce site.

En complément des aides nationales, vous devrez vous renseigner sur les aides locales qui peuvent parfois exister dans votre région, votre département et parfois même votre commune.


Un futur de plus en plus probable

LaMalizarde - Exemple de projet de maison passive - © J-M Pupille - Architecte
Nous sommes en plein hiver d’un futur qui n'est probablement pas si lointain. Comme depuis plusieurs années maintenant, la météo, de plus en plus capricieuse, nous annonce l’arrivée d’un air froid glacial venue de Sibérie, et l’installation progressive de températures bien en dessous des moyennes saisonnières, pour une durée estimée à plus de quinze jours. Les répercussions humaines et matérielles sont considérables dans tous les pays chauds d’Europe du Sud encore peu habitués à des conditions extérieures aussi extrêmes, et peu équipés pour y faire face. En France, pour ne pas subir un sort similaire, les grille-pain traditionnels, dont nous disposons quasiment tous, sont de sortie pour être dopés aux restes de l’énergie nucléaire encore active. Ils sont prêts à fournir les gigawatts de chaleur parfois indispensables à la survie de certains d’entre nous, à condition bien sûr que l’énergie encore disponible soit suffisante, utilisable au bon moment, et que les moyens financiers de ceux qui en ont le plus besoin, notamment ceux qui occupent des passoires énergétiques, permettent de l’acquérir. Sans argent pas d’énergie et généralement, dans un tel contexte météorologique, sans énergie les conditions de survie ne sont pas forcément toujours réunies. C’est ainsi depuis des années, ce sera encore le cas cette année, et probablement tant que les centrales nucléaires à bout de souffle seront en mesure de produire le minimum vital. Après c’est l’inconnu, avec un risque de plus en plus évident d’une évolution qui risque de déraper vers un chemin que nous avons du mal à imaginer, mais qui à l’évidence ne va pas dans le sens habituellement souhaité…
A l’avenir, cette fiction pourra être vraisemblablement subie par nombre d’entre nous. Même les plus débrouillards ne pourront pas toujours l’éviter. Personne ne peut en effet se fournir en énergie électrique lorsqu'elle n’est pas disponible au bon moment parce que, par exemple, elle est encore trop consommée par de nombreuses anciennes constructions non encore rénovées, plus proches d'épaves thermiques que de vraies habitations.

Pour que cette fiction ne devienne pas réalité

LaLauragaise - Exemple de projet de maison passive - © J-M Pupille - Architecte
Certains y échapperont pourtant. La raison est simple : ils n'auront pratiquement pas besoin d’énergie pour vivre dans de bonnes conditions de confort. C'est déjà parfois le cas aujourd'hui. Ceux-là ont compris qu’il valait mieux acquérir un bon manteau, tout à la fois chaud et hermétique, que de payer l’énergie nécessaire en son absence. Ce manteau, bien sûr, c’est le leur, celui qui leur permet, avec quelques équipements complémentaires, de braver les intempéries même exceptionnelles, mais c’est aussi celui de leur habitation. Ce dernier, c'est celui qui leur permet d’éviter de choisir entre chauffer ou porter leur manteau à l’intérieur, lorsque l'énergie à acheter, même polluante, est bien évidemment disponible et peu chère, parce que les deux sont pratiquement toujours inutiles. Les habitations qui permettent ce tour de force sont connues depuis le début des années 1990. Elles sont tellement efficaces qu’elles n’ont besoin d’un système actif d’énergie que quelques jours par an et encore, pas tous les ans. Ces bâtiments, quelle que soit leur destination, habitation, bureau ou tout autre, limitent en permanence la pollution parce qu’ils réduisent aux mieux les besoins en énergie. Ces bâtiments, ce sont…

Les constructions passives

En conclusion

Même si c'est loin d'être la seule, une des meilleures raisons de construire passif est de…

Maîtriser l'énergie pour maîtriser l'avenir

LaSeillonne - Exemple de projet de maison passive - © J-M Pupille - Architecte


CapDeLaVigne - Exemple de projet de maison passive - © J-M Pupille - Architecte
Certains prétendent que les maisons passives seraient inutiles dans le sud de la France, et plus généralement en climat chaud… C'est bien mal connaître le concept. Il suffit de comprendre quelques principes thermiques pour se rendre compte que la critique n'est pas justifiée.

Dans certains climats chauds, la climatisation est aussi indispensable que le chauffage l'est en région froide. Les critères des maisons passives qui concernent la climatisation sont les mêmes que ceux qui concernent le chauffage. Cette remarque à elle seule justifie de l'utilité du concept dans les deux cas et non pas uniquement en hiver dans les régions froides.

Construire passif, c'est avant tout isoler sans pont thermique pour éviter que la chaleur se perde trop vite en hiver. Fort heureusement ce manteau isolant ne fonctionne pas à sens unique. L'isolation protège aussi en été, tout comme les les fenêtres triple vitrage. Les deux évitent que la chaleur extérieure ne pénètre trop vite dans le bâtiment et améliorent le confort d'été.

Dans toute construction, l'usage des locaux conduit fatalement à une production permanente de chaleur interne. Cette source de chaleur inévitable participe au chauffage en hiver, mais malheureusement aussi en été, période pendant laquelle elle va à l'encontre du confort recherché. L'isolation et les menuiseries passives limitent ce problème en bloquant la fraîcheur à l'intérieur comme elles le font pour la chaleur. Le rafraîchissement peut être produit par un système de climatisation thermodynamique ou, bien mieux et avec un minimum d'énergie, par un puits provençal hydraulique associé a la VMC doube flux et à l'inertie thermique du bâtiment.

En résumé :

Une maison passive est tout aussi efficace en été qu'en hiver
à condition d'utiliser les équipements adaptés



LesRegalys - Exemple de projet de maison passive - © J-M Pupille - Architecte
LaChenaie - Exemple de projet de maison passive - © J-M Pupille - Architecte
Lespinasse - Exemple de projet de maison passive - © J-M Pupille - Architecte
Il est bien sûr tout à fait possible de réaliser une maison passive en autoconstruction partielle ou totale, quels que soient les matériaux de construction, à partir d'un modèle à adapter en fonction du climat local, d'un kit ou sur la base d'un projet sur mesure. Les trois maisons ci-dessus en sont des exemples qui ne seraient financièrement pas réalisable autrement. L'objectif est de rendre un rêve accessible en divisant pratiquement le prix global de construction par deux, avec toutefois, il est vrai, pas mal de travail…

Ce site peut vous y aider en vous fournissant un grand nombre d'informations. Peu importe l'architecture, les matériaux de construction ou encore le choix des équipements, vous n'avez qu'une obligation, celle de respecter tous les critères des maisons passives. Vous devez les respecter à la conception grâce aux calculs thermiques spécifiques aux maisons passives, et lors de la réalisation en suivant scrupuleusement l'ensemble des prescriptions définies lors de la conception.
Nous pouvons vous y aider directement, comme pour les deux projets ci-dessus, que nous avons conçus interactivement, en direct et en 3D, à partir de Toulouse. Le plan et l'architecture de ces deux bâtiments ne sont pas de simples maisons d'architecte, mais le résultat de nombreuses réunions virtuelles avec le maître d'ouvrage qui reste à tout instant libre de ses choix dans la limite éventuelle des options qui permettent de respecter l'objectif de construire passif.

Une maison ne peut être passive à la réalisation
que si elle l'est lors de la conception



Le sommaire de PassivAct
Une construction passive est l'aboutissement d'un concept global qui fusionne de la manière la plus efficace possible de nombreux principes thermiques et concepts particuliers à l'image de ceux des équipements indispensables à leur fonctionnement. Pour réaliser un bâtiment de ce type, la compréhension de nombreuses notions physiques aussi bien que techniques ainsi de leurs multiples interactions est donc indispensable. Le sommaire de la rubrique "Concepts" vous permettra d'en trouver un grand nombre. L'ensemble des articles de cette rubrique constitue un guide, régulièrement mis à jour, qui pourra faciliter la conception et la construction de votre maison passive optimisée, quels que soient les matériaux, le bois ou le béton cellulaire, et quel que soit le climat, à Toulouse ou à Paris, en France ou partout ailleurs.


Jean-Michel Pupille - Architecte D.P.L.G.