6-13 - Les limites des murs perspirants (V2018)

Le sommaire des concepts des maisons passives

Définition de la perspiration


La perspiration est, entre autres, l'ensemble des échanges naturels d'eau et de vapeur d'eau provoqués par les poumons et la peau d'un individu avec l'ambiance dans laquelle il se situe. Le résultat n'est autre qu'un partie de la régulation de la température du corps humain.

Le vocable "Parois perspirantes" est une évolution des termes "Parois respirantes". Il fait évidemment beaucoup mieux référencé à cette définition pour tenter d'expliquer que, dans les constructions, de telles parois auraient des réactions comparables à celles de l'homme. Cette métaphore doit être prise que pour ce qu'elle est : une comparaison marketing imaginative plus soucieuse de marges commerciales que des fondements réels de la physique…


Des performances incontrôlables


Le titre de cet article évidemment provocateur. Il n'a pas pour but de dénigrer les parois perspirantes, mais le niveau de performance et le potentiel d'action qui leur sont attribués. En effet :
  • Si vous aviez le choix entre une construction correctement ventilée en permanence de manière à évacuer, entre autres, la vapeur d'eau que nous produisons tous en permanence, par nous-mêmes ou du fait de nos activités, et une qui ne serait régulée que par les parois perspirantes, laquelle choisiriez-vous?
  • Pensez-vous qu'il soit possible de concevoir un logement dont la vapeur d'eau serait uniquement contrôlée par des parois perspirantes?
  • Si vous pensez que les parois perspirantes sont suffisante, pouvez vous indiquer le volume de vapeur qu'elles sont capables de traiter?

A la lecture de ces questions, il parait évident que des parois perspirantes ne peuvent en aucun cas se substituer à la ventilation.

Le rôle des parois perspirantes


Les parois perspirantes sont des parois dont la face intérieure est constituée d'un matériau capable d'absorber rapidement et sans dégâts de grandes quantités de vapeur puis de la relâcher ultérieurement et naturellement en fonction de l'assèchement de l'ambiance intérieure. Elles peuvent indifféremment constituer un mur de façade, une cloison ou même un faux plafond. Le matériau intérieur permet donc de contribuer à la régulation du taux d'humidité en présence d'une VMC, notamment dans les pièces telles que les cuisines et les salles d'eau, mais sans pouvoir préciser dans quelles proportions et toujours sur le court terme, tant qu'il y a présence de cette vapeur qui tôt ou tard sera de toute façon évacuée par la ventilation. Leur action sur l'humidité dans la maison est donc limitée dans le temps et consiste essentiellement a améliorer le confort des individus quand elle est produite rapidement et en quantité importante.

Quand il s'agit de façades, les parois perspirantes ont également deux autres rôles. Si, comme toute paroi de ce type, elles doivent être étanche à l'air et isolées, elles doivent également limiter le risque d'évacuation de la vapeur d'eau vers l'extérieur et, lorsque cette vapeur réussit à les pénétrer, elles voient permettre de l'évacuer le plus rapidement possible à l'extérieur pour évier les risques de détérioration des matériaux de façade notamment en cas de risque de gel et donc de transformation de la vapeur en eau puis en glace souvent destructrice.

Les limites des parois perspirantes


Le rôle des parois perspirantes est limité à celui pour lequel elles ont été conçu. Elles n'ont pas d'autres rôles que celui qui consiste à gérer la vapeur. Cette capacité ne leur confère aucun avantage en termes de température intérieure, de régulation du CO2 ou des COV (Composés Organiques Volatils) qui émanent des aménagements intérieurs. La présence de vapeur dans un matériau isolant provoque même généralement une baisse de sa qualité d'isolation du fait de son humidification.

Jean-Michel Pupille - Architecte D.P.L.G.


En résumé :

  • Les parois respirantes et les parois perspirantes sont un seul et même concept
  • Les parois perspirantes ne peuvent pas réguler la température intérieure, la vapeur d’eau ou la présence de CO2
  • Les seuls moyens passifs en mesure de réguler la température intérieure sont l’isolation thermique et l’inertie thermique par transmission et par absorption

Article précédent sur le sujet

 

Sur le même sujet
Thème 6 - La thermique