Le blog des maisons passives



Les actualités

Blog mis à jour le 28 juin 2022

Les concepts associés aux maisons passives

Les principes de base


Le sommaire et l'index du blog PassivAct
Plutôt que de remédier à des défauts thermiques en augmentant production de chauffage pour assurer le confort, le principe de base des constructions passives neuves ou rénovées consiste à les supprimer pour réduire fortement la consommation d'énergie tout en visant un confort supérieur.

Un bâtiment aussi performant est, la plupart du temps, chauffé gratuitement et sans pollution par les apports solaires traversant les vitrages, l'énergie fatale produite par ses occupants et leurs matériels ainsi que par l'énergie notamment récupérée par la VMC. Lorsque la température extérieure descend en dessous de la normale ou les jours sans soleil, il suffit généralement d’une puissance de 10W/m2 habitable pour la maintenir en situation de confort à 20°C. C’est environ 4 fois moins qu'une construction RT2012, 10 fois moins qu’une construction RT2005 et 30 fois moins qu’une maison ancienne peu isolée. Les factures de chauffage diminuent dans les mêmes proportions.

Dans une construction classique, c’est l’entreprise chargée de la réalisation du chauffage qui doit assurer une situation de confort, au plus froid de l’hiver, en dimensionnant un système de chauffage capable de compenser les pertes de chaleur incontrôlées et maintenir la température aux alentours de 19°C en toute circonstance.

Dans une maison passive, ce sont les caractéristiques thermiques qui sont définies, lors de la conception du projet, de manière à obtenir une situation de confort supérieure, la plupart du temps 20°C avec le réseau d'une VMC DF pour seul système de distribution actif de chaleur

Lire l'article


Prix, surcoût et rentabilité d’une maison passive


L'intérêt économique des maisons passives
En France, le prix d’une maison passive est, pour l’instant, toujours supérieur à celui d’une maison classique. Cette différence systématique de prix, même en forte baisse du fait des évolutions de la règlementation française, conduit à des questions économiques qui sont toujours les mêmes : quel est le surcoût d’une construction passive par rapport à une maison classique similaire et combien de temps faut-il pour l’amortir ?

Nos retours d’expériences provenant de bâtiments passifs construits et habités, dont certains sont labellisés ou en cours de labellisation, nous amènent à préciser qu’il est vain de tenter de fournir une réponse universelle à ces questions parce que tout projet conduit à des résultats spécifiques très différents de ceux des autres, mais aussi et surtout parce que ces questions ont de moins en moins d’intérêt. Ce sont celles du passé, du temps de plus en plus lointain où l’énergie n’était pas chère et le réchauffement climatique si prégnant. La question la plus importante, celle d’aujourd’hui, orientée vers un futur où l’énergie sera encore plus chère quoi qu’on fasse et le climat encore plus dégradé, est toujours omise. Elle consiste à savoir si, très rapidement, si possible dès le premier mois de son occupation, le remboursement mensuel des surcoûts du passif peut être annulé par les économies d’énergie. Quand ce sera le cas, construire ou rénover a ce niveau de performance, en utilisant simultanément des systèmes très économes, simples, durables et non polluants, ou se contenter de le faire en respectant seulement la règlementation ne sera plus une question de choix. Les solutions passives s’imposeront d’elles-mêmes, car elles seront, tout simplement et tout à la fois, les meilleures sur les plans économiques et écologiques.

Est-ce déjà le cas avec la règlementation environnementale actuelle, la RE2020 ? À partir de quel prix de l’énergie le surcoût d'un projet étudié, et seulement de celui-là, basculera-t-il dans le monde de demain, celui d’une rentabilité immédiate des solutions passives et économes, celui à partir duquel les hommes et le climat auront tout à gagner à passer outre la règlementation pour faire bien mieux quelle que soit la durée d’amortissement ? Nous ne pouvons présager des réponses sans retours économiques précis de projets réalisés ou sans calculs qui en attestent et, lorsqu’ils seront disponibles, nous ne pourrons pas les ériger en vérité générale…

Lire l'article


Les études de faisabilité

Etat des lieux

Etude de faisabilité, état des lieux

Etat futur

Etude de faisabilité, état futur

La valeur d’un terrain dépend de sa situation et de sa surface. S’il comporte un bâtiment, le prix de l’ensemble varie également en fonction de la surface et du nombre de pièces de ce dernier, mais aussi de son état général et, de plus en plus important, de sa performance thermique.

Le prix d’une maison individuelle et de son terrain peut être basé sur celui des transactions récentes de proximité après comparaison des caractéristiques des biens, mais il peut donc avoir une valeur très différente qui peut parfois bien plus varier en fonction de ce qui est faisable que de ce qui existe.

Une étude de faisabilité a précisément pour objet de déterminer ce qui est faisable, si possible en conservant l'existant comme dans l'exemple ci-dessus qui, d'ailleurs, est à vendre…
















La taxe d'aménagement et la redevance d'archéologie préventive


Calcul de la taxe d'aménagement et de la redevance d'archéologie préventive
Toute autorisation de construire implique le paiement de 2 taxes, la Taxe d'Aménagement (TA) et la Redevance d'Archéologie Préventive (RAP). Le but de cet article n'est pas de se comporter en perroquet capable de répéter en moins bien ce qui est indiqué sur le site du ministère de l'Économie, mais de fournir un document résumant le principe de ces taxes ainsi qu'un tableau Excel simple et fonctionnel qui permet de calculer les deux taxes pour les inclure dans le budget de construction ou de rénovation d'un projet passif ou non


Le calcul est basé sur la formule suivante :

Taxe (TA ou RAP) = Assiette * Valeur forfaitaire * Taux

Lire l'article


Les fake news à propos des maisons passives

Le cercle vicieux des aides au paiement de l’énergie


Réalité et idées reçues
Les aides directes à court terme pour payer l'énergie conduisent à l’augmentation du prix de l’énergie parce que les moins riches, ceux qui pourront payer l'énergie parce qu'ils seront aidés, participent, bien malgré eux, à l’augmentation de la demande et donc à l’augmentation des prix du marché et des marges des fournisseurs qui savent que, de toute façon, les moins riches, ceux qui pourront payer l'énergie parce qu'ils seront aidés, participent, bien malgré eux, à l’augmentation de la demande et donc à l’augmentation des prix du marché et…

Cette phrase sans fin montre que les aides directes au paiement de l'énergie perturbent les prix du marché. Au final, ceux qui en profitent le plus ne sont pas ceux à qui elles sont destinées, mais plutôt aux fournisseurs d'énergie avec les conséquences néfastes pour le climat qui en résultent…

Lire l'article


Les connaissances permettent de juger


Réalité et idées reçues
• Une maison passive n'est pas une maison sans chauffage.
• On ne peut pas estimer sa valeur en fonction d'un prix au m2 et de sa surface.
• Le concept est aussi efficace en été qu'en hiver.
• L'architecture d'une maison passive n'est pas nécessairement celle d'un cube simpliste.
• Une maison écologique est d'abord une maison passive

Voici quelques affirmations qui vont à l'encontre de nombreux résultats affichés par les moteurs de recherche. Cette opposition n'est pas le fruit de simples avis sans fondement, mais de constats basés sur des règles scientifiques et plus de 10ans d'expérience dans le domaine des constructions et rénovations écologiques, bioclimatiques et passives.

Pour pouvoir juger des informations fournies par internet, dont les affirmations ci-dessus font partie, il faut au moins comprendre l'essentiel résumé en une seule page, celle de l'accueil de ce site. Ce n'est pas toujours suffisant. Il faut aussi connaître les fake news qui se propagent toujours plus vite que les vraies informations parce qu'elles ne font pas référence à la réalité mais au sentiment dominant que nous en avons.

Le seul rempart contre les infox est la connaissance
fondée sur la réalité et non sur des croyances

Les vrais informations ne sont pas une option pour concevoir une maison passive confortable
avec un système de chauffage aussi peu puissant que celui de sa VMC double flux

Le dernier projet labellisé


Il ne suffit pas d'écrire que nous concevons des maisons passives pour que ce soit vrai. Nous devons et pouvons le prouver.

Les retours d'expériences de constructions suffisamment étanches à l'air et seulement chauffées par le réseau de sa VMC double flux sont un début de preuve. Le sentiment de la réalité étant pratiquement toujours bien plus fort que la réalité elle-même, ce début de preuve n'est pas forcément la réalité et n'est donc pas totalement objectif. La seule preuve qui soit indéniable est la labellisation.

Le dernier projet de maison passive - © J-M Pupille - Architecte

Exemple de maison passive à ossature bois labellisée - © JM Pupille Architecte

Nous ne nous contentons pas de parler de maisons passives, nous les concevons et nous le prouvons grâce à la certification.

L'équation de Kaya


L'intérêt écologique des maisons passives
Les raisons pour construire passif sont multiples et très variées. Il peut s'agir de prendre soin de sa santé grâce à amélioration de la qualité de l'air intérieur et de celle des autres en limitant la pollution, de préférer s'enrichir en économisant plutôt que de payer les fournisseurs d'énergie et les taxes, ou encore de préserver sont confort sans se ruiner en période de gel comme de canicule. Qu'il s'agisse d'une raison écologique, économique, physiologique ou de toute autre, au final, tous ces motifs se rassemblent pour constituer un ensemble d'avantages considérables pour celui qui en bénéficie, à court comme à long terme.

Parmi toutes les causes possibles qui conduisent à faire le choix de construire passif, il en est une dont la portée va bien au-delà du simple intérêt personnel et familial. Il s'agit de la réduction de la pollution grâce à la réduction drastique de la consommation d'énergie productrice de CO2, cette pollution sans limites territoriales qui, pour le moins, participe au changement climatique indéniable. Cette cause est une des seules qui résulte d'un raisonnement irréfutable car purement mathématique…


Les équipementsLes VMC double flux fonctionnent aussi en été


Le sommaire et l'index du blog PassivAct
Le concept de « Maison passive » est basé sur une amélioration de tous les composants ayant une incidence sur le bilan énergétique d'un bâtiment en limitant les actions à l'obtention du meilleur rapport qualité/prix global. Ce dernier est atteint lorsqu’il devient possible de remplacer le réseau de chauffage classique par celui de la VMC double flux auquel est attribué, à peu de frais, une double fonction de ventilation et de chauffage



Jean-Michel Pupille - Architecte D.P.L.G.