Les concepts des maisons passives


Plus de confort avec moins de factures


LaSeillonne, un exemple de maison passive - © J-M Pupille - Architecte


Le top 10 des articles les plus lus

Si une maison de 100m2 de surface habitable coute 150 000€TTC, il semble logique de penser que le prix d'une maison équivalente, mais de surface différente, pourra être approximativement calculé sur la base du prix au m2 de la première et de la surface de la seconde. Le prix unitaire de la première maison est de 1500€TTC/m2Shab. Sur cette base, le prix d'une maison de 150m2Shab serait alors de 150*1500 soit 225 000€TTC. Vrai ou faux?…

Un échangeur de VMC double flux ne fonctionne pas à sens unique. La chaleur est transférée de l'air le plus chaud vers l'air le plus froid. Si en hiver l'air extérieur, le plus froid, est réchauffé par l'air extrait, en été, le fonctionnement s'inverse naturellement, sans aucune intervention. L'air extrait, plus froid, est réchauffé par l'air neuf. Ce dernier est alors refroidi d'autant et ne rentre dans la maison qu'à une température proche de celle qui règne à l'intérieur.

Une VMC double flux performante n'est donc pas seulement utile en hiver. Elle fonctionne aussi très bien en été. Certes, elle ne rafraichit pas puisque l'air neuf sera toujours plus chaud que l'air intérieur, mais en limitant fortement la quantité de chaleur amenée par la ventilation, elle réduira d'autant le risque de surchauffe. En l'absence d'équipement dédié au rafraîchissement, comme un puits provençal ou un appareil de climatisation, les VMC double flux sont donc tout aussi utiles dans les régions les plus chaudes en été que dans les régions les plus froides en hiver…


Dès l’école primaire, et pendant pratiquement toute votre scolarité, on vous a appris, comme à moi d’ailleurs, que le soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest. On vous a également expliqué que le soleil est à la verticale à midi en été. Certaines décisions ont peut-être été prises en fonction de ce savoir parfaitement établi et qui, pourtant, est parfaitement… faux. Si vous appliquez ce que vous considérez être un acquis à une maison passive ou une maison bioclimatique, les conséquences de la méconnaissance de la vraie course du soleil pourront être, par exemple, un manque d'apports solaires en hiver, ou encore des risques de surchauffe en été, notamment en période de canicule


Le choix des matériaux qui ont une incidence déterminante sur la qualité thermique des constructions performantes ne peux résulter que de la connaissance et de la compréhension de leurs caractéristiques physiques qui définissent leurs aptitudes à assurer le confort tout en limitant les consommations d’énergie. La connaissance des notions de conductivité thermique et d’inerties ainsi que de leurs valeurs caractéristiques pour chaque matériau n’est en effet pas suffisante pour appréhender leurs qualités pratique réelles…


Une fenêtre très haute performance peut voir ses performances augmenter ou baisser en fonction de la méthode de pose retenue. Le bilan thermique de la construction qui les accueille varie dans le même sens. La mise en œuvre des menuiseries peut, en effet, réduire les apports solaires en hiver et augmenter inutilement le besoin de chauffage ou, au contraire, les augmenter trop en été en provoquant un risque de surchauffe. En applique intérieure ou extérieure, en tunnel ou en feuillure, avec un dormant isolé ou non, sur une appui de baie ou contre ce dernier, sous un volet roulant ou avec des volets battants, avec des joints expansibles ou seulement compressés…
Comment déterminer le prix d'une future construction? Une des recherches les plus fréquentes pour y parvenir est celle qui consiste à essayer de savoir quel peut être le prix de construction au m2 habitable d'une, afin de réaliser l'estimation du prix de construction d'une autre de même performance en fonction de sa propre surface. Les maisons passives n'échappent pas à ce raisonnement.

Ce ratio, s'il était aussi efficace, permettrait en effet, entre autres, la réalisation rapide et précise de l'estimation d'un projet lors de la phase de conception et la mise en œuvre immédiate des bonnes décisions. Ce n'est malheureusement pas le cas. Il conduit, bien au contraire, à des erreurs monumentales. Démonstration…
Le verre est un des rares matériaux qui permet de laisser passer la lumière et la chaleur vers l’intérieur et qui est suffisamment transparent, parfois même jusqu'à passer inaperçu, pour permettre la vue vers l’extérieur tout en assurant un meilleur confort à l'abri des aléas du climat. Si les autres propriétés sont les mêmes que celles de tous les autres matériaux de construction, la transparence lui confère des spécificités supplémentaires en termes d'apport de chaleur. La prise en compte des apports solaires implique de nombreuses variables qui agissent parfois de concert, mais parfois aussi en opposition, à l'exemple des surfaces des vitrages qui augmentent les apports solaires simultanément aux déperditions par transmission, ou encore à celui des apports de chaleur qui baissent les besoins de chauffage, mais risquent de provoquer des besoins de climatisation


Un bâtiment est compact quand la surface cumulée de toutes ses parois extérieures est la plus réduite possible afin de limiter les déperditions en hiver et les apports contreproductifs de chaleur en été. C'est une des seules solutions qui permettent d'améliorer les performances d'un bâtiment tout en baissant son prix de construction. En quelque sorte un argument qui promet vraiment "le beurre et l'argent du beurre"! Pour ne pas s'en priver, il vaut mieux comprendre les concepts avec un début d'explication à suivre sur le coefficient de compacité


Quel que soit le type de construction existante ou projetée, l’intérêt de ses occupants actuels et futurs est d’y vivre dans la meilleure situation de confort possible tout en limitant au maximum le prix de l’énergie dont ils ont besoin pour l’assurer. Dans les constructions hautes performances, notamment dans les maisons passives, les besoins d’eau chaude sanitaire (ECS) sont tels que l’énergie nécessaire à sa production peut dépasser très largement celle indispensable au chauffage. L’optimisation de la production d'ECS est donc tout aussi utile que celle du chauffage…
Cinq, six, sept, huit idées reçues sur les maisons passives. Tels sont les titres des articles sur le sujet qu'il est très facile de trouver sur internet. Dans cette page le nombre d'idées reçues, pourtant bien plus grand, ne sera pas indiqué, car d'une part, il pourra évoluer et que, d'autre part, l'objectif n'est pas de battre un quelconque record, mais de corriger le plus exhaustivement possible les fausses informations concernant l'unique sujet de compétence du blog : les maisons passives.

La chasse aux "fake news" au sujet les maisons passives est ouverte

Jean-Michel Pupille - Architecte D.P.L.G.